retour vers l'accueil
cani-rando
historique
boutique
petites annonces
liens
p> 

 

 

<

 

UNE EXPEDITION EN CHIENS DE TRAINEAUX

SUR LES TRACES D'HENRY HUDSON

>Lire les messages de l'expédition

L´objectif de ce projet est de retracer une partie de l´itinéraire d´Henry Hudson qui a eu un impact direct sur la colonisation du Canada. Cet explorateur anglais a tenté dès 1607 de découvrir « le passage du nord ouest » qui permet de relier l´Océan Atlantique Nord à la mer de Beaufort (Nord de l’Alaska). Ses différentes tentatives ont échoué et c´est ainsi qu´il franchit l´actuel détroit d´Hudson et arriva dans la baie à laquelle par la suite son nom fut donné (Fig. 1). Suite à une mutinerie de l´équipage au printemps 1611, Henri Hudson fut abandonné sur une chaloupe et disparut. Cette découverte du détroit d’Hudson est devenue quelques décennies plus tard l´une des toutes premières voies de la traite de la fourrure qui a permis le début de la colonisation du Canada par l’intérieur des terres. De nombreux postes de traite ont été implantés le long des rives de la baie entre le XVII ème et XIX ème siècles par « la compagnie de la baie d’Hudson ». Ces lieux historiques sont toujours habités par les populations autochtones Cree et Inuit. C´est ainsi que nous allons revivre une partie de cet itinéraire (entre Wemindji et Kuujjuarapik, Fig. 2) et évoluer sur la banquise à l´aide de chiens de traîneaux, en associant le mode de déplacement traditionnel des natifs amérindiens et des coureurs des bois de l´époque. Cette expédition est composée de trois personnes, de trente trois chiens et nécessite une évolution quotidienne pendant un mois dans un environnement extrême (-45°C < T < -20°C).

"Le chien de traîneau est un formidable moyen de progression dans le grand nord qui laisse comme seule pollution la trace des attelages. Nous sommes particulièrement sensibles à ce moyen de déplacement qui, non polluant, respecte ces territoires sauvages et leurs habitants, touchés directement par le réchauffement climatique lié à la pollution anthropique des pays industrialisés. " Nous confiait Jean-Chrisophe avant son départ.

 

 

 

 

Mario Dubois, 53 ans, musher professionnel depuis 25 ans dans la région du lac Saint-Jean (Québec). Mario est un habitué des raids longues distances en traîneau. Fort de son expérience et de son réseau de connaissances en territoires Cree et Inuit, il est le guide de cette expédition.

 


Ange Barges, 63 ans, retraité de la marine.

 

 

 

 

 

Jean-Christophe Ageorges, 43 ans, maréchal-ferrant et initiateur du projet.

 

 

 

 

Ange et Jean-Christophe ont débuté ensemble leurs expériences de mushing dans la province du Lac St Jean (Québec) au « Camp des Écorces » chez Alain Brénichot et Nicolas Vanier. Ils ont ensuite perfectionné leurs apprentissages dans le Vercors (France) au camp « Leva-Neve » chez Valérie Du Retail. Leur expérience en chiens de traineaux totalise trois séjours d´une dizaine de jours au Québec et deux randonnées d’une semaine dans le Vercors.

 

Matériel de l'expédition:

Trois traîneaux traditionnels en bois type panier: Un traîneau de 2.74 m (charge 250 kg), un traîneau de 2.43 m (charge 200 kg) et un traîneau de 2.13 m (charge 160 kg)

Trois lignes de trait en corde épissurée : 1 ligne pour 13 chiens et 2 lignes pour 10 chiens

Une tente « prospecteur » 4 places

Un poêle à bois métal

Trois Sacs de couchage « Carinthia »

Deux Kits solaires autonomes « Solariflex »

Une Balise  « Sat-View »

 

LES MESSAGES DE L'EXPEDITION

Vendredi 13 avril 2012 "Cette expédition a été d´une richesse émotionnelle intense dans l´immersion de l ´arctique canadien de la baie d´Hudson.Notre départ a été perturbé par un redoux d´une durée inexplicable et nous a obligé à déplacer notre départ 100 kilomètres plus au nord.Le froid tant attendu est devenu soudainement notre ennemi en regelant la glace comme une vieille râpe qui a blessé nos chiens jusqu’ au sang. Afin de continuer notre périple, nous avons dû coudre des bottines afin de protéger leurs pattes.Nous avons fait le choix de poursuivre notre chemin en suivant un vieux sentier connu depuis des générations par le peuple Cree avant d´arriver sur le territoire Inuit. La découverte de la baie d Hudson nous a laissés sans voix par ses côtes immenses où inévitablement le climat arctique impose sa loi sans égal.Le franchissement du Nunavik est impressionnant et laisse apparaître un paysage comme dévasté par une catastrophe naturelle! D´énormes amas de glace s´entrechoquent comme des dominos par la force des marées et des tempêtes hivernales !L´accueil et l´enthousiasme du peuple Inuit au village de Kuujjurapik nous ont inondés de bonheur après presque 400 kilomètres de sauvage absolu.Le retour vers le Sud s´est effectué au rythme quotidien des aurores boréales qui ont animé et coloré la nuit polaire.Les cinq derniers jours ont été particulièrement difficiles. Les chiens ont montré une détermination démentielle ; affaiblis, amaigris mais toujours dans la course, ils réprimaient eux-mêmes le partenaire en baisse de régime ! Ce formidable esprit de meute dégage des forces sauvages insoupçonnables.Je remercie nos fidèles compagnons d´aventure qui m ´ont fait vivre des instants de vie superbe qui resteront scellés à tout jamais dans ma mémoire. Merci aussi à toutes les personnes qui nous ont soutenus et suivis dans cette aventure."

Jeudi 5 avril 2012 Depuis la mairie de Kuujjuarik "Le retour du froid, après les conditions climatiques anormalement chaudes qui avait conduit à la fonte de la glace sur la banquise, a induit un englacement meurtrier pour les coussinets des chiens ! Nous avons dû de ce fait interrompre la progression pendant 3 jours (25-26-27 mars) afin de prodiguer des soins aux chiens et de leur laisser le temps de récupérer après l´effort considérable fourni sur cette glace tranchante. Nous avons poursuivi notre progression vers le nord en passant par les terres ! L´évolution dans la baie d´Hudson, qui n´a pas connu ce réchauffement climatique, s´est effectuée sans difficulté avec une qualité de glace optimale. Hormis ces désagréments, JC semble être sous le charme ! Le territoire est superbe au dimensions incroyables et d´une faune sauvage exceptionnelle ! Nous avons rencontré loups, élans, caribous et vu de nombreux phoques ! Les chiens sont impressionnants et des étapes de 70 à 80 kilomètres ne leur font pas peur ! Les conditions sont dures mais l´atmosphère est si enivrante qu´on en oublie la rudesse du climat ! Ces contrées sont magiques par la puissance qu´elles dégagent et les couleurs incroyables ! Nous repartons demain vers le sud. "

Jeudi 22 mars 2012 "Les conditions climatiques sont anormalement chaudes induisant une fonte de la glace sur la banquise (photo). Le départ au niveau de Wemindji est de ce fait impossible car jugé trop risqué. Après discussion avec les locaux, ils ont pris la décision de monter vers le nord en camion et de repousser le départ au niveau de Chisasibi (100 km au nord de Wemindji) à vendredi 23 au matin, date à laquelle les prévisions météo annoncent une chute des températures dans le nord de la baie James et de la baie d´Hudson."

Bivouac au niveau de la rivière à Wemindji.et Mario et Jean-Christophe établissent une nouvelle route.

Mercredi 21 mars 2012 "Nous sommes à Wemindji depuis hier après-midi, tout c'est bien passé sur la route. Il y a un gros problème avec le temps il fait trop chaud pour partir, il y a beaucoup d eau sur la glace. Nous allons monter à Chisasibi demain pour voir les conditions de glace plus au Nord et partir après l' embouchure de la Grande rivière au-dessus de Chisasibi. Le froid doit revenir vendredi pour pouvoir enfin démarrer. Ces conditions climatiques ne se sont jamais vues!!!"

 

> Le site de l'expédition

> Suivre leur position en direct

 

© Réalisation : Les Éditions Vacances Nature pour Chiens & Traîneaux Magazine
Toutes reproductions de textes, de vidéos et d'images sont interdites sans autorisation du site