cani-rando
historique
boutique
petites annonces
liens

CHIENS

Le Malamute: un chien. Pas un Loup

par Joël Rauzy (Musher)

 

Le Malamute est victime d'une rumeur:il s'apparenterait au loup; certes, il lui ressemble, possède un esprit de meute et hurle: mais la comparaison s'arrête là!

En effet, le loup est beaucoup plus fin que le Malamute, plus haut sur pattes. Il mesure de 60 à 95 cm au garrot pour un poids allant de 18 à 70 kg. Ses pieds très forts, aux doigts puissants, s'écartent très largement, lorsque le loup est en appui sur ses pattes. La superficie de portance de la patte est considérablement plus grande que chez le chien.

Le Malamute a un crâne large et massif tandis que le loup la tête en triangle et plus allongée. Le tempérament du loup est totalement différent: il est plus calme et beaucoup moins bagarreur, sauf en période de reproduction. La vie en meute est, chez lui, beaucoup mieux régie que chez le Malamute.

 

Une autre croyance à démentir est la soi-disante pratique d'attacher les femelles Malamutes (ou d'autres races nordiques) en lisière des bois, de façon à ce qu'elles soient couvertes par un loup. En effet, un bon nombre de spécialistes affirment que cette pratique est impossible car la chiennes serait rapidement tuée par la première louve se trouvant sur le même territoire. De plus, le mâle, considéré comme le chef d'une meute est le seul à "avoir le droit" de se reproduire, et ne cherchera pas à saillir une chienne ayant des louves à sa disposition. Le seul loup pouvant couvrir une chienne pourrait être un loup "solitaire", à la recherche d'une meute, à condition que la chienne soit en dehors du territoire de la meute.

 

Cette éventualité de croisement entre le malamute et le loup est donc à avancer avec beaucoup de prudence, compte tenu de sa très faible probabilité de réussite en milieu naturel. Le croisement est, toutefois, génétiquement possible.

 

Joël Rauzy est l'auteur de:"Le malamute d'Alaska aux éditions de Vecchi

Il vit en Mongolie où il développe une acivité de chiens de traîneaux

en savoir +


 

MALAMUTE

Dans la région de la baie de Kotzebue en Alaska, vivait un peuple esquimau, les Mahlemutes ou Malliumuit , qui selon Paul-Émile Victor voulait dire « Les hommes habitant l'endroit où il y a de grandes vagues ». Ils étaient connus pour leurs chiens peu rapides certes mais très endurants et puissants. De sévères sélections engendrées par les Inuit les ont doté des caractéristiques nécessaires à l'accomplissement de leur travail : tirer de lourdes charges sur de longues distances, à une allure modérée, dans les conditions polaires les plus rudes.  

© flo et willy (apasdeloup)
C'est ainsi que cette race de chiens noir et blancs ou gris et blancs porte aujourd'hui le nom de malamute d'Alaska . A la fin du 19e siècle, ils furent particulièrement surexploités par les prospecteurs de la ruée vers l'or. Les malamutes firent également partis des chiens qui sauvèrent la ville de Nome en 1925, lorsque les mushers organisèrent des relais pour traverser tout l'Alaska en moins d'une semaine. Ils furent aussi les chiens préférés d'un musher d'exception : Scotty Allan, dont Dubby son premier chien de tête. « L'éclatement de la culture esquimaude et les croisements non désirés entre les chiens autochtones et les chiens importés par l'homme blanc, ont menacé la survie de la race. Cependant, certains éleveurs américains ont réussi à sauver le malamute d'Alaska à partir de quelques sujets restants. Les malamutes, ou malas, comme on les surnomme affectueusement, sont les plus lourds des chiens de traîneau », précise Françoise Bivel. Ils n'ont pas la rapidité du husky sibérien , plus petit mais en contrepartie, ils sont nettement plus puissants. « Des locomotives des neiges », affirme le docteur vétérinaire Dominique Grandjean dans Véto des neiges, « Ils sont les chiens les plus lourds et le plus puissants de tous les chiens de traîneau. Dans les compétitions de weight-pulling, un chien doit tirer seul un traîneau lourdement chargé sur une distance de cinquante mètre. Les malamutes détiennent le record avec quatre tonnes ».

Le Malamute a commencé à conquérir l'Europe dans les années soixante et, en France, son élevage a débuté en 1975. Un peu plus de cinq mille chiens ont été inscrits au LOF, livre des origines français, depuis cette année là et il naît près de deux cents chiots par an. 

Le Malamute d'Alaska est adapté aux climats et aux efforts les plus durs. De construction solide, à la poitrine bien descendue et au corps fort et bien musclé. La tête est large. Les oreilles sont triangulaires et dressées quand le chien est attentif. Le regard franc et amical de ses yeux bruns foncés, de préférence, en forme d'amandes est mis en valeur par un masque qui varie souvent d'un individu à l'autre. Le museau est massif et ne diminue que légèrement dans sa largeur de la racine à la truffe. La robe est épaisse, avec un poil de jarre offrant une couverture rude d'une longueur suffisante pour assurer la protection d'un sous-poil dense et laineux. Les Malamutes sont de couleurs gris ou noirs et blancs. La queue est bien fournie de poil; portée au-dessus du dos, elle a l'aspect d'un panache ondoyant. Un Malamute en pleine fourrure ressemble plus à un gros nounours qu'à un loup. L'animal doit atteindre une taille de cinquante-six à soixante-quatre centimètres au garrot pour un poids entre vingt-neuf et trente-neuf kilos pour correspondre au standard de la race, établit par la Fédération Cynologique Internationale. La femelle de son côté se situe entre cinquante et un et cinquante-huit centimètres et pèse entre vingt-trois et trente-deux kilos. Finalement, la démarche du malamute est régulière, équilibrée, et puissante. Il est agile pour sa taille et sa constitution.

Mais le Malamute, aussi beau soit-il, est un chien qui se mérite. Son atavisme de chien de meute, ne lui permet pas de rester seul et en même temps il est plutôt batailleur avec ses semblables surtout si ceux-ci sont du même sexe. Ce caractère indépendant peut également le conduire à fuguer quelques fois . Plutôt turbulent jusqu'à l'âge de deux ans, il s'assagit ensuite considérablement et peut rester des heures à rêver assis ou couché au même endroit tout en regardant tout ce qui se passe autour de lui. Cela dit, il ne faut pas le laisser allez à cette nonchalance car il a besoin pour son équilibre d'un exercice quotidien.

 

Photos: © flo et willy ( http://apasdeloup.oldiblog.com )

 

 

 

 

© Réalisation : Les Éditions Périodiques Vacances Nature pour Chiens & Traîneaux Magazine
Toute reproduction de textes, de vidéos et d'images sont interdites sans autorisation du site