cani-rando
historique
boutique
petites annonces
liens

 

CHIENS

SAMOYÈDE

L'histoire raconte que ce chien aurait suivi son peuple des hauts plateaux d'Iran, près de mille ans avant Jésus Christ, jusqu'au nord de la Sibérie entre la mer Blanche et le fleuve Ienisseï. Le peuple samoyède habitait la toundra sibérienne des montagnes de l'Oural à la presqu'île du Taïmyr. Eleveurs de rennes, ils migraient en suivant leurs troupeaux. Leurs chiens éponymes étaient utilisés pour la garde des rennes et parfois pour tirer des traîneaux.  

© flo et willy (apasdeloup)
C'est à la faveur des grandes expéditions polaires dès la fin du 19e siècle et le début du 20e avec Amundsen notamment, qu'il commence à être connu. Le Samoyède a pu prouver ses capacités au travail pendant les expéditions polaires de Nansen et de Shackleton. « Le zoologiste britannique Ernest Kilburn Scott passa trois mois avec des tribus Samoyèdes en 1889. Il ramena avec lui en Angleterre un chiot mâle marron appelé Sabaka, chien en russe. Plus tard, il importa une femelle de couleur crème appelée Withey Petchora du versant occidental de l'Oural et un mâle d'un blanc neige du nom de Musti de Sibérie. Ces quelques chiens et ceux ramenés par les explorateurs forment la base de l'élevage du Samoyède occidental », commente Françoise Bivel, musher, comportementaliste et passionnée du samoyède. Le premier standard fut rédigé en Angleterre en 1909.A partir de certains chiens ayant parfois des robes de couleur, les Britanniques ont effectué une sélection qui a abouti à l'apparence uniforme du Samoyède à la robe blanche. Le samoyède fait son apparition en France dans les années vingt. De nos jours, il est très rare d'en apercevoir en course.

© flo et willy (apasdeloup)

« Contrairement à ce que son opulente fourrure blanche pourrait laisser croire, il ne craint pas particulièrement la chaleur. C'est le seul chien de traîneau qui aboie vraiment, parfois beaucoup, et fait ainsi office de gardien : il prévient. Intelligent, docile, coopératif, il se prête volontiers au travail de trait », continue la spécialiste, «  De mon expérience de musher, le samoyède est un excellent chien de traîneau. A l'attelage il est étonnant de générosité, toujours partant, toujours joyeux. Très espiègle, il est souvent joueur, et se montre un grand spécialiste des noeuds avec la ligne de trait ! Il joue souvent avec son voisin, surtout quand il est jeune, et se montre parfois dissipé, très intéressé par ce qui se passe autour. Cette curiosité lui donne aussi son enthousiasme. Si le samoyède est le moins connu en tant que chien de traîneau, c'est qu'il passe auprès des spécialistes pour un chien de canapé, obéissant et proche du maître, il a une bonne réputation en tant que chien de tête ».

© flo et willy (apasdeloup)

Le samoyède n'est pas une race rare mais une race méconnue. Rustique, actif, sociable, sensible, d'un caractère indépendant ou plus exactement autonome, il n'aime pourtant pas la solitude. « Plus polyvalent que pur chien de traîneau, les rennes étaient attelés, le samoyède gardait les troupeaux.et les enfants. Les explorateurs signalaient déjà l'extrême gentillesse de ces chiens », poursuit Françoise Bivel, « De même, il est facile d'expliquer le calme posé de ces chiens lorsqu'ils sont inactifs. Ils se reposent pour être toujours prêts à partir. Les chiens de traîneaux sont réputés ne jamais se donner à fond pour garder de la réserve. Tous ceux qui ont un jour poussé un traîneau avec des chiens fatigués, jusqu'au passage d'un gibier, se retrouvant alors au galop malgré les deux pieds sur le frein, le savent bien ! Le travail de l'éleveur, qui commence son éducation, compte beaucoup pour les races de type primitif, qui sont assez précoces et qui demandent une bonne socialisation. La douceur du samoyède pourrait se transformer en timidité, voir en crainte s'il était mal démarré. Pour le samoyède c'est la présence et non l'exercice qui compte le plus pour épanouir son caractère ».

Les chiens les plus rapides sont évidemment les plus légers et les plus hauts en pattes.

© flo et willy (apasdeloup)

Il est souhaitable d'être plutôt au maximum du standard, c'est-à-dire entre cinquante-trois et cinquante-six centimètres pour les femelles, et entre cinquante-sept et soixante centimètres pour les mâles. Mais la corpulence du chien compte également. Par contre, pour de la randonnée et une capacité de traction plus forte, un gabarit plus lourd sera plus efficace. La f ourrure polaire, abondante, épaisse, souple et dense. Le poil du Samoyède est double. Le sous-poil est doux, court et dense. Le poil de couverture est plus long, plus dur et droit. Il doit former une collerette autour du cou et des épaules, encadrant la tête, surtout chez les mâles. La couleur varie du blanc, crème ou biscuit sans jamais atteindre le beige.

Le samoyède n'a pas deux sous d'agressivité, sa gentillesse est sans commune mesure. Sa confiance en l'homme est nettement au-dessus de la moyenne. Il est extrêmement sociable, gai, équilibré. Il est obéissant et réceptif, même s'il faut plus de patience dans la progression que pour d'autres races, et il est très intelligent et jouit d'une bonne santé et d'une longévité au-delà de la moyenne, pouvant atteindre les dix-sept ans fréquemment.

Photos: © flo et willy ( http://apasdeloup.oldiblog.com )

© Réalisation : Les Editions Périodiques Vacances Nature pour Chiens & Traîneaux Magazine
Toute reproduction de textes, de vidéos et d'images sont interdites sans autorisation du site