retour vers l'accueil
cani-rando
historique
boutique
petites annonces
liens
FEDERATION: LES GRANDES COURSES
 

L'Iditarod Trail Sled Dog Race,

la "dernière grande course"

 

 

 

 

L

es Indiens Athapascans nommaient leurs terrains de chasse, Haiditarod. A la fin du 19e siècle, les chercheurs d'or créèrent sur ces territoires une petite ville, qu'ils appelèrent Iditarod. Aujourd'hui, c'est une ville fantôme. En 1910, la Commission de routes de l'Alaska a tracé une piste entre le port de Seward et la ville de Nome, sous le même nom d'Iditarod.

 

Quand en 1925, une épidémie de diphtérie menaça Nome. Le sérum nécessaire au sauvetage de la ville fut transporté, jour et nuit, au cour de l'hiver par vingt mushers qui formèrent des relais en traîneau à chiens. Ce fut le Serum Run qui ému toute l'Amérique. Les vingt équipages partis de Nenana à quelques kilomètres de Fairbanks à l'est de l'Alaska ont parcoururent, à un train d'enfer, mille quatre-vingt-quatre kilomètres en cinq jours, sept heures et trente minutes. Le courrier, lui aussi en traîneau à chiens, mettait à l'époque un mois pour effectuer le même trajet.

 

A l'initiative de Joe Redington, un musher, cet événement historique est maintenant commémoré par l'Iditarod Trail Sled Dog Race , la plus célèbre et la plus dure des courses de chiens de traîneau du monde, surnommée, la Dernière Grande Course.

A l'origine, en 1967, il ne s'agit que d'une petite course de deux jours sur quatre-vingt kilomètres que Joe et de Dorothy Page, une historienne de Wasilla, ont organisé pour célébrer le centième anniversaire du rachat de l'Alaska par les Etats-Unis. Joe Redington a débarqué en Alaska après la seconde guerre mondiale avec quelques dollars en poche. Il réussit rapidement dans le business du chien de traîneau. Passionné par les courses et par l'histoire de l'Alaska. Joe Redington récidive en 1973 en créant la course gigantesque que l'on connaît aujourd'hui.

La première année, Joe réunit un petit plateau de trente-cinq participants assez téméraires pour prendre le départ à Anchorage. Ils sont seulement vingt-deux à l'arrivée à Nome, mille quarante-neuf miles (1687 Km) plus loin au nord-ouest. Joe Redington a voulu une course de mille miles, auxquels il a en ajouté quarante-neuf de plus pour symboliser l'Alaska, quarante-neuvième état de l'Union. Joe a choisit également un parcours dans le même esprit que celui tracé par Scotty Allan, pour l' All Alaska Sweepstakes en 1908 . Une épreuve où le musher est confronté à tous les terrains : plaine, forêt, montagne, lac, rivière, banquise, taïga, toundra... Et cela, par tous les temps, souvent médiocres, alternant entre tempête et blizzard avec un thermomètre qui chute régulièrement autour de cinquante degrés en dessous de zéro. Le quotidien d'un bon musher dans le bush depuis des siècles. Le vainqueur de la première édition fut Dick Wilmarth en vingt jours, quarante-neuf minutes et quarante et une secondes. Il empocha un prix de douze mille dollars. Trois ans plus tard, Emmitt Peters descendait le chrono à quatorze jours. Actuellement les gagnants mettent neuf jours pour atteindre Nome avec des attelages de seize chiens au maximum. La prime au vainqueur est elle, montée à cinquante mille dollars. Bien que la plupart des concurrents soient basés en Alaska, des participants de l'Iditarod viennent de tout les Etats-Unis et du Canada, d'Europe, d'Australie, de Nouvelle-Zélande, de Russie ou du Japon. Certains mushers, comme Jacques Philip en 1990, s'installent en Alaska pour mieux la préparer.

Chaque année, la compétition commence à Anchorage sur la 4ème avenue, sous les yeux et les encouragements de plus de deux cents mille spectateurs, le premier samedi de mars. Il y a deux itinéraires possibles. Le début de la course passe par Wasilla, quartier général de l'Iditarod, puis file vers le nord-ouest par Rainy Pass, laisse le Mac Kinley sur la droite à Nikolai. Après McGrath, elle franchit les monts Kustokwim dont un col à deux mille deux cents mètres d'altitude pour rejoindre Ophir où la piste se sépare en deux, avant de se rejoindre à Kaltag. Les années impaires, les mushers courent vers le sud par Iditarod et Anvik puis remonte au nord sur la Yukon River pendant deux cent cinquante kilomètres.

Les années paires, ils prennent la direction du nord pour rejoindre Ruby et suivre l'itinéraire de la caravane de sauvetage des mushers en 1925, par Galena et Nulato sur la Yukon River. Ensuite, la course rejoint Unalakleet au bord de la mer de Béring et pour des raisons de sécurité contourne le Norton Sound en suivant la côte par Koyuk jusqu'à Golovin.

En 1925, Leonard Seppala, faisant confiance à Togo, son chien de tête, traversa directement sur la banquise pour gagner du temps contre la mort qui ouvrait à Nome.

Il ne reste plus aux mushers que de passer par White Moutain et Safety et enfin de foncer sur Nome.

Entre Anchorage et Nome, c'est une aventure sauvage dans une nature hostile à laquelle les coureurs sont confrontés. Même s'ils doivent obligatoirement pointer aux vingt-quatre points de contrôle, ils sont parfois espacés de plus de cent soixante kilomètres. C'est l'occasion de manger et de se reposer aussi bien pour les mushers que pour les chiens. Ces derniers sont également pris en charge par les vétérinaires de la course, seuls habilités à les laisser repartir. Pendant les deux semaines que dure la course toute l'actualité de l'Alaska et même des Etats-Unis est braquée sur l'Iditarod. A l'Iditarod, les hommes comme des femmes prennent part au défi. D'ailleurs en 1985, une jeune femme du nom de Libby Riddles l'emporte devant tous les hommes pour la première fois de l'histoire de cette course. Les années suivantes, une autre femme, Susan Butcher, élève de Joe Redington la remporte trois fois de suite et encore une fois en 1990. La légende est née, car si un musher comme Rick Swenson l'a gagnée lui aussi quatre fois, il n'a réussit que deux coup consécutifs en 1981 et 1982.

Au moment même où le premier musher prend le départ à Anchorage, le Comité de course allume une lampe à pétrole de couleur rouge, qu'il accroche à l'arche de bois de l'arrivée à Nome. Elle reste allumée, jour et nuit, tant qu'un musher est encore sur la piste. Lorsque le dernier participant passe la ligne d'arrivée, sous les mêmes ferveurs des spectateurs que le champion de l'année, la tradition veut que cette fameuse lanterne rouge lui soit remise.

Joe Redington est mort en juin 1999 à l'âge de 82 ans, après avoir maintes fois participés à la course sans jamais la gagner. L'âme du Père de l'Iditarod reste néanmoins présente sur la piste avec la présence de son petit-fils Ray Redington Jr dans la compétition.

En 2010, après avoir gagné 3 fois de suite (2007, 2008, 2009), Lance Mackey est descendu pour la première fois sous la barre des 9 jours en remportant sa 4e victoire avec un temps de 8 jours 23 heures 59 minutes et 9 secondes. Record à battre...

En mars 2011, ils sont encore 82 à prendre le départ de la Dernière Grande Course de chiens de traîneaux.

en savoir plus : le site de l'Iditarod

en savoir plus : la liste des mushers 2011

 

 

Year Musher D:H:M:S Musher D:H:M:S
1973 Dick Wilmarth 20:00:49:41 John Schultz 32:05:09:01
1974 Carl Huntington 20:15:02:07 Red Olson 29:06:36:10
1975 Emmitt Peters 14:14:43:45 Steve Fee 29:08:37:13
1976 Gerald Riley 18:22:58:17 Dennis Corrington 26:08:42:51
1977 Rick Swenson 16:16:27:13 Vasily Zamitkyn 22:09:06:06
1978 Dick Mackey 14:18:52:24 Andrew Foxie 22:03:29:44
1979 Rick Swenson 15:10:37:47 Gene Leonard 24:09:02:22
1980 Joe May 14:07:11:51 Barbara Moore 24:09:25:45
1981 Rick Swenson 12:08:45:02 Jim Strong 18:06:30:30
1982 Rick Swenson 16:04:40:10 Ralph Bradley 26:13:59:59
1983 Rick Mackey 12:14:10:44 Scott Cameron 21:04:36:41
1984 Dean Osmar 12:15:07:33 Bill Mackey 19:09:43:33
1985 Libby Riddles 18:00:20:17 Monique Bene 22:03:45:45
1986 Susan Butcher 11:15:06:00 Mike Peterson 20:13:42:21
1987 Susan Butcher 11:02:05:13 Rhodi Karella 19:09:01:01
1988 Susan Butcher 11:11:41:40 Lesley Monk 19:13:22:55
1989 Joe Runyan 11:05:24:34 Bob Hoyt 17:11:19:19
1990 Susan Butcher 11:01:53:23 Steve Haver 21:10:26:26
1991 Rick Swenson 12:16:34:39 Brian O’Donoghue 22:05:55:55
1992 Martin Buser 10:19:17:15 Vern Cherneski 18:13:05:02
1993 Jeff King 10:15:38:15 Lloyd Gilbertson 18:04:19:19
1994 Martin Buser 10:13:02:39 Mark Chapoton 16:16:17:35
1995 Doug Swingley 09:02:42:19 Ben Jacobson 17:06:02:05
1996 Jeff King 09:05:43:13 Andy Sterns 15:23:48:22
1997 Martin Buser 09:08:30:15 Ken Chase 15:09:07:44
1998 Jeff King 09:05:52:26 Brad Pozarnsky 14:05:42:04
1999 Doug Swingley 09:14:31:07 Jeremy Gebauer 15:03:18:44
2000 Doug Swingley 09:00:58:06 Fedor Konyjkhov 15:05:44:44
2001 Doug Swingley 09:19:55:50 Karen Ramstead 14:23:53:16
2002 Martin Buser 08:22:46:02 ** David Straub 14:05:38:12
2003 Robert Sørlie 09:15:47:36 Russell Bybee 15:05:30:53
2004 Mitch Seavey 09:12:20:22 Perry Solmonson 15:02:50:36
2005 Robert Sørlie 09:18:39:31 Phil Morgan 15:06:02:57
2006 Jeff King 09:14:11:36 Glenn Lockwood 15:18:08:56
2007 Lance Mackey 09:05:08:41 Ellen Halverson 16:11:56:20
2008 Lance Mackey 09:11:46:48 Deborah Bicknell 15:05:36:12
2009 Lance Mackey 09:21:38:46 Timothy Hunt 15:14:06:22
2010 Lance Mackey 08:23:59:09 Celeste Davis 13:05:06:40

 

 

© Réalisation: Editions Périodiques vacances Nature pour Chiens & Traîneaux Magazine
Toute reproduction de textes, de vidéos et d'images sont interdites sans autorisation du site